Les problèmes d'étiquetage coûtent aux industriels du monde entier plus d'1 million de dollars par an en raison des arrêts des lignes de production, selon une étude de NiceLabel

12. May. 2021

Selon une étude mondiale menée auprès de directeurs informatiques du secteur de la fabrication, les industriels subissent en moyenne des pertes de l'ordre de 1 174 000 dollars par an en raison des arrêts des lignes de production causés par des problèmes d'impression d'étiquettes.

L'étude, qui a sondé 300 directeurs informatiques, a révélé qu'en moyenne, plus des deux tiers des industriels (67 %) devaient arrêter leur ligne de production pendant plus d'une heure en cas de problème d'impression d'étiquettes, et 21 % d'entre eux ont déclaré que leur ligne devait être arrêtée pendant plus de 30 minutes. L'étude a également révélé que les industriels devaient interrompre leurs lignes de production un peu moins de six fois par an en moyenne en raison de ces problèmes, avec plus des trois quarts d'entre eux (77 %) déclarant que leur ligne de production avait dû être interrompue quatre fois ou plus au cours de l'année écoulée à cause de ces problèmes d'étiquetage.

Ken Moir, directeur marketing de NiceLabel, a indiqué que « toute interruption ou tout arrêt d'activité peut avoir un impact significatif sur n'importe quel industriel, causant une perte de chiffre d'affaires, voire mettre en péril l'entreprise elle-même. Le risque que cela soit causé par un défaut d'étiquetage est une préoccupation croissante, car l'étiquetage devient un élément clé de la stratégie de l'entreprise et de la chaîne d'approvisionnement ».

Compte tenu des pertes qu'ils subissent en raison des arrêts, il n'est pas surprenant que 26 % de l'échantillon considèrent la « réduction des coûts » et 18 % considèrent les gains de productivité parmi les principaux avantages de la modernisation et de l'automatisation de leurs processus de fabrication – y compris l'étiquetage – grâce à la technologie, tandis que 26 % considèrent qu'« éliminer les erreurs » est un facteur clé.

Comme l'explique Moir : « En fin de compte, les risques pour les opérations de production vont bien au-delà des arrêts complets. L'étiquetage décentralisé, par exemple, présente également un risque pour les opérations de production. Un système ERP est censé établir "une seule source de vérité" pour les utilisateurs. Cependant, dans de nombreuses entreprises, il existe autant de versions de la vérité qu'il y a de lieux d'étiquetage. En effet, dans le cas d'opérations d'étiquetage décentralisées, chaque site n'est pas forcément intégré à l'ERP, et crée ses propres formats d'étiquettes et duplique les données relatives aux produits et aux clients ». 

« Après tout, sans centralisation, les industriels ne sont généralement pas intégrés à la même source de vérité et cela crée des redondances de données – rendant les mises à jour à l'échelle de l'entreprise ingérables et ajoutant considérablement aux inexactitudes et aux incohérences », ajoute-t-il.

Pour en savoir plus, consultez cet e-book qui compile les résultats de l'enquête.

 

Retour